La Fédération Francophone des Ecoles De Devoirs - FFEDD

Son objet social

La FFEDD agit sur l’ensemble de la Fédération Wallonie-Bruxelles et travaille en étroite collaboration avec les Coordinations Régionales (5 coordinations).

Au travers de ses différentes missions et sur la base des 3 valeurs que sont la citoyenneté, la solidarité et l’équité, son rôle est de :
-  Représenter et défendre le secteur des écoles de devoirs ;
-  Interpeller les pouvoirs politiques ;
-  Proposer et diffuser une diversité d’outils pédagogiques ;
-  Collaborer à l’élaboration de programmes de formations continues ;
-  Mettre en place la formation de base pour animateurs et coordinateurs en Ecole de Devoirs.

Organisation de Jeunesse reconnue, la FFEDD développe également des activités visant à accompagner les enfants et les jeunes à devenir des CRACS (Citoyens Responsables, Actifs, Critiques et Solidaires).

Ses spécificités, ses points forts...

La FFEDD ainsi que les Coordinations régionales se veulent proches du terrain, du vécu des Ecoles de Devoirs. Notre volonté est d’être très réactifs et de répondre au mieux aux besoins exprimés par le terrain, en termes de formation, de soutien, d’accompagnement….

La diversité du public fréquentant les Ecoles de Devoirs renforce encore cette nécessité d’adaptation et de réactivité.

Sa devise

« Tous capables... mais pas tout seuls... »

La FFEDD et Résonance

La FFEDD peut apporter sa connaissance, son vécu, son expertise dans le secteur des Ecoles de Devoirs et son approche spécifique du public fréquentant ces Ecoles de Devoirs (multiculturalité, précarité, primo-arrivants...)

Résonance et la FFEDD

La Plateforme Résonance va nous permettre de rencontrer d’autres associations, de découvrir d’autres pratiques et d’échanger sur nos réalités respectives. Elle peut aussi nous apporter des outils pour valoriser l’éducation non formelle.

Encore envie de dire...

La FFEDD a la spécificité de travailler avec des Ecoles de Devoirs qui accueillent des enfants souvent issus de milieux défavorisés après l’école pour, entre autres, les accompagner dans leurs apprentissages. Nous sommes donc les rares témoins directs des devoirs et du système scolaire en général, auprès des enfants issus de milieux précarisés. Nous nous devons donc de relayer ce vécu auprès de tous et, en particulier, des pouvoirs politiques. En donnant la parole aux jeunes, en leur apprenant à développer leur esprit critique et en leur permettant de donner leurs avis, nous pourrons ensuite être leur porte-parole…